Lancement d'IXPE par Falcon 9 © NASA / Joel Kowsky L'actualité des satellites

L’observatoire spatial IXPE de la NASA lancé avec succès par SpaceX avec Falcon 9


Le 9 décembre 2021 à partir du centre spatial Kennedy en Floride SpaceX avec Falcon 9 Block 5 a mis sur orbite avec succès l’observatoire spatial IXPE de la NASA. Le premier étage en était à sa cinquième mission et a été récupéré une nouvelle fois avec succès sur le bateau « Just Read the Instructions » dans l’océan Atlantique. Les deux demi coiffes ont été récupérées.

IXPE a été placé sur une orbite équatoriale quasi circulaire à une altitude de 600 km et une inclinaison de l’ordre de zéro degré. Cette altitude a été choisie pour respecter la règle de désorbitation de 25 ans maximum. Celle d’IXPE prévue est de 18 ans.

IXPE (Imaging X-Ray Polarimetry Explorer) est un observatoire spatial équipé de trois télescopes à rayons X. Il est construit par Ball Aerospace sur une plate-forme BCP-300. Il est équipé d’un mât déployable de 4,5m pour supporter les optiques. Cette mission est le fruit d’une coopération entre la NASA et l’ASI (Agence Spatiale Italienne). Les télescopes sont fournis par le « Marshall Space Flight Center » et les détecteurs associés par l’ASI. La masse au lancement est de 325 kg et la durée de mission prévue de 2 à 3 ans.

Vue d’artiste d’IXPE en cours de mission © NASA

Une fois en orbite les panneaux solaires sont déployés et la phase de recette d’une durée de 30 jours va se dérouler. La phase très critique se situe au huitième jour avec le déploiement du mât télescopique. Des procédures sont prévues pour corriger quelques problèmes de déploiement potentiels.

Les trois télescopes vont détecter la polarisation de rayons X parvenant d’évènements cosmiques importants : trous noirs supermassifs, pulsars, étoiles à neutrons… Cela permettra de mieux comprendre le processus physique de génération des rayons X, d’étudier la vitesse de rotation des trous noirs, les champs magnétiques… Ces études vont compléter celles faites avec l’instrument OCO-8 de la mission Chandra avec des mesures beaucoup plus précises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.