Décollage d'Epsilon 5 L'actualité des satellites

Le lanceur japonais Epsilon a mis sur orbite RAISE 2 et 8 petits satellites


Le 9 novembre 2021 à partir du centre spatial d’Uchinoura au Japon Epsilon a mis sur orbite avec succès RAISE 2 et huit petits satellites. Ce lancement est le cinquième effectué par Epsilon . Le premier a eu lieu en septembre 2013, le second en décembre 2016, le troisième en janvier 2018 et le quatrième en janvier 2019. Tous ont été couronnés de succès. Tous les satellites de cette mission ont été placés sur une orbite héliosynchrone presque polaire à une altitude proche de 560 km et inclinée à 97,6°. Cette mission est placée sous l’égide de la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency).

Vue d’artiste montrant RAISE 2 avant séparation © JAXA

RAISE 2 ou Rapid Innovative Payload Demonstration Satellite No. 2 a été construit par MELCO (Mitsubishi Electric Corp). C’est un satellite de démonstration qui fait suite à RAPIS 1 et embarque une charge utile composée de six équipements à tester : 3D-ANT, ASC, ATCD, I-FOG, MARIN, SPR. Masse au lancement de 110 kg, puissance électrique de 215W et durée de mission d’au moins 1 an.

DRUMS (Debris Removal Unprecedented Micro Satellite) est un petit satellite développé par Kawasaki Heavy Industries pour tester des techniques d’approche et de capture de débris spatiaux. Il embarque un petit satellite cible. Masse au lancement de 62 kg.

HIBARI est un satellite développé par l’Institut de Technologie de Tokyo pour tester un système de contrôle d’attitude de grande précision afin de pointer un petit télescope opérant dans l’ultraviolet. Il doit avoir aussi la possibilité de changer rapidement d’orientation. Il pourra aussi contribuer à l’étude des ondes gravitationnelles. Masse au lancement de 55 kg.

TeikyoSat-4, aussi connu sous le nom Ooruri, est un satellite développé par l’Université de Tokyo. C’est un satellite scientifique destiné à conduire des expériences variées en microgravité en mode automatique. Cette mission va étudier le développement de Dictyostelium discoideum en orbite. C’est une amibe. Masse au lancement de 52 kg.

Z-SAT est un satellite développé par MHI (Mitsubishi Heavy Industries). Il est destiné à tester une technologie permettant d’étudier de façon plus précise des sources de chaleur. Pour ce faire il va utiliser la superposition d’images prises à des longueurs d’ondes différentes. Il est équipé d’appareil de prises de vues fonctionnant dans l’infrarouge proche et dans l’infra rouge lointain. Masse au lancement de 46 kg.

ASTERISC est un CubeSat 3U développé par l’Institut de Technologie de Chiba pour étudier les poussières et débris cosmiques en orbite. Pour cela il est équipé d’une voile déployable avec des senseurs piezoélectriques. Masse au lancement de 4 kg.

KOSEN-1 est un CubeSat 2U développé par le Collège National de Technologie de Kochi. Il est destiné à étudier les ondes radio émises par Jupiter et est équipé d’une antenne dépoyable de 7 m. Masse au lancement de 3 kg.

ARICA est un CubeSat 1U développé par l’Université Aoyama Gakuin. Cette université est privée et est à Tokyo. Il va tester un relais de communications vers le sol en utilisant les réseaux Globalstar et Iridium. Il est aussi équipé d’un détecteur de rayons gamma.

NanoDragon est le seul satellite non japonais de ce lancement. C’est un CubeSat 3U développé par le VNSC (Vietnam National Space Center ) pour tester un calculateur bord à utiliser sur les futurs petits satellites. Dans le cadre de cette mission il utilisera aussi le système AIS (Automatic Identification System ) Masse au lancement de 3,8 kg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.